Et si vous preniez un chef à la maison ?

Écrit par 

Une fois n’est pas coutume, c’est l’Escale Gourmande qui vient à nous. Laetitia Chapiteau est traiteur à domicile. Elle traverse la Guadeloupe, pour concocter dans votre cuisine, ses spécialités goûteuses.


Une histoire d’amour qui débute alors qu’elle n’a que 7 ans. Cuisiner, c’est sa passion, mais elle opte pour un cursus scolaire des plus classiques et décroche un bac en comptabilité. Ses parents lui proposent de s’occuper de celle de leur boulangerie, pâtisserie, traiteur. Une période où ils manquent de personnel et au pied levé, Laetitia va s’occuper de la partie traiteur. «Je me plaisais à préparer les plats et à rajouter une touche personnelle. Et en toute modestie, les gens appréciaient. Et j’ai réalisé que mon avenir était dans la cuisine. Mais il était indispensable que je fasse mes preuves. J’ai donc relevé le défi de me lancer seule comme traiteur». La jeune femme de 24 ans, audacieuse et volontaire se souvient néanmoins des débuts difficiles.

«Le docteur de la cuisine»

1«Je me suis appuyée sur le relationnel de mes parents et j’ai capté une partie du personnel de la mairie, de l’hôpital, de la CAF entre autres». Sa spécialité d’alors c’était le plateau fraîcheur.  Un plat cuisiné, viande ou poisson frais, accompagné de 5 légumes, cuits de 5 façons différentes : vapeur, chips, mousseline, compoté, mixte.  Elle rajoute en plaisantant qu’elle a réussi à convertir des accros du riz haricots rouges. Elle a du boulot par-dessus la tête, mais sa petite fille tombe gravement malade. Laetitia dépose ses ustensiles et se consacre entièrement à son rétablissement pendant de longs mois. «C’est elle aussi qui m’a fait reprendre. Un jour, alors qu’elle allait mieux, elle m’a demandé pourquoi je ne cuisinais plus. Je n’avais pas mis les pieds dans une cuisine depuis 3 ans, le temps de sa convalescence. Je n’en avais plus envie. Elle m’a aussi dit «ça me manque». Alors spécialement pour elle, j’ai imaginé des ateliers. On y faisait des jus, des gâteaux et c’est ainsi qu’elle a progressivement retrouvé l’appétit. Un jour, elle m’a dit «maman, tu es le docteur de la cuisine». Alors j’ai recommencé à feuilleter mes livres, et l’envie est revenue».

Un plaisir partagé

Laetitia s’est spécialisée dans l’activité de traiteur à domicile, de l’apéritif au dessert. La plupart du temps, elle emmène ses ingrédients et prépare sur place. Et c’est toujours un plaisir partagé. Souvent, la cuisine est séparée par un bar américain et les convives viennent à sa rencontre. Il y a ceux qui s’intéressent à la préparation et ceux qui s’intéressent à ce qu’ils auront dans leur assiette. C’est un pur moment de convivialité. «Et c’est souvent moi qui les incite à passer à table, pour que tout soit dans le timing». Car malgré cette bonne ambiance, Laetitia ne doit rien laisser au hasard, veiller à la cuisson, comme à la préparation et la présentation. «A une période de ma vie, j’ai travaillé quelques mois avec des enfants autistes, c’est difficile, mais j’ai décuplé mon sens du partage».

Pour tous les palais

En moyenne, les convives sont au minimum de 8. Mais si c’est pour un anniversaire de mariage par exemple, elle peut cuisiner pour deux. «En fait, j’ai des demandes diverses. Une partie de mes clients me sollicite en me précisant leur budget et je leur propose des menus en conséquence. D’autres me disent : je veux un chef à la maison pour que tout soit parfait, peu importe le prix. Et enfin ceux qui ont des demandes spécifiques : des desserts gourmands, des produits crus, des plats véganes. Mais dans tous les cas, il me faut un fils d’Ariane du début à la fin. Ce peut-être une saveur comme le giraumon que l’on retrouvera dans l’entrée et le plat même de façon très subtile. Un bon repas c’est lorsque se joint de la sensibilité à la saveur du plat. Quand on est traiteur à domicile, chaque met doit dégager ce que vous faite et pourquoi vous le faites».

Le bon goût du naturel

Laetitia a ses préférences. Par exemple, elle adore travailler le poisson, les fruits de mer et les légumes de saison. Elle s’approvisionne principalement chez une amie agricultrice, passionnée comme elle. «En ce moment, ce sont les groseilles et sur son exploitation tout est naturelle. Pour les fêtes, je vais faire des macarons au foie gras confit de groseille pays. Pas du coulis non des groseilles entières que l’on a en bouche, mais tellement douces que le mariage avec le foie gras est d’une harmonie évidente.  Et ses mangues ont un parfum tellement incroyable que je peux me permettre d’en cuisiner dans l’entrée et dans le plat de résistance. Naturellement, je fais la proposition en amont, car certains clients ne sont pas fan du mélange sucré/salé. Et je suis toujours leur recommandation. Je ne voudrais pas qu’ils soient déçus». Pour le reste de l’approvisionnement, il y a un marché de producteurs locaux, tout près de chez elle, à Morin Saint-Claude. D’ailleurs si vous êtes tenté dans quelques semaines, Laetitia devrait ouvrir une table d’hôte, chez elle. «J’aime donner et recevoir et ce sera encore plus fort chez moi».

Marie-France Grugeaux Etna

Contact à Morin, Saint-Claude

Tél : 0690 06 40 94

 

Lu 140 fois
Évaluer cet élément
(0 Votes)

Trouvez : articles - vidéos - agenda

Date de publication

bouton abonnement gauche fr

videotheque portail fr

bouton dossiers fr

bouton annuaire agricole fr

bouton partenaires caraibe agricole fr

bouton agenda fr

petites annonces agricoles

Page Météo, recherche par ville, région, pays

↓  cliquez pour agrandir  ↓ pub footer 2

Inscrivez vous et recevez nos Newsletter spéciales

QUI SOMMES NOUS

Site d'information et d'actualité sur le monde Agricole de la Caraïbe. Rencontres avec les hommes et les femmes qui font la Ruralité dans la Caraïbe.
Innovation, recherche, environnement, biodiversité, produits pays, escale gourmande, bien-être … Découvrez la diversité de notre agriculture !

boutons partenaires footer

instagram footer

PUBLICITE

PhytoCenter site agricole caraibe